lundi 4 avril 2016

In The End - Demitria Lunetta

Après s'être enfuie de New Hope, abandonnant Baby, afin de sortir du radar du Docteur Reynolds, Amy reprend sa vie en autarcie dans l'Après avec un but : retrouver Baby. Pour cela, elle doit se rendre à Fort Black pour trouver le frère de son amie Kay qui pourrait l'aider à sauver sa sœur. Mais arrivée là-bas, elle est confrontée au mode de vie particulier de ces survivants, très différent de New Hope. Avec l'aide du peu de personnes bien intentionnées qu'elle trouve, comme Jacks ou Brenna, elle devra se débrouiller afin de mettre la main sur Ken, qui semble être un véritable fantôme. La recherche n'en est que plus pressant lorsqu'Amy apprend que Baby est plus en danger que jamais, tandis que le Docteur Reynolds est bien décidée à la neutraliser et que de nouveaux ennemis veulent la peau de la jeune femme.

Comme le tome précédent, In The End est composé de trois parties : les deux premières se passent à Fort Black, tandis que la dernière prend place à New Hope (ben non c'est pas un spoiler, on sait très bien que quoi qu'il arrive, il faudra y retourner).
Tout d'abord, l'atmosphère pesante de Fort Black était extrêmement bien réalisée par l'auteure. Tandis qu'on enchaîne révélations sur révélations, Demitria Lunetta garde un rythme endiablé au niveau de l'action, de quoi me réjouir. Dans cet endroit où la loi du plus fort règne, on découvre de nouveaux personnages très différents de ceux que l'on connaissait déjà.
D'abord du côté des "gentils", on a Jacks et Brenna. Cette dernière est une fille bien particulière, vu qu'en fait c'est pas trop une fille. J'ai adoré son caractère de battante, mais en revanche, j'ai été très déçue que sa relation amoureuse ne soit pas approfondie. Et puis Jacks. Torturé par la mort de sa petite sœur, bousculé par l'apocalypse, même si il a survécu par pure chance, c'est un débrouillard très charismatique qui fait tout son possible pour aider et protéger Amy (bien qu'au final, ce soit plutôt l'inverse). J'ai aussi adoré son personnage et sa relation avec Amy.
Du côté des "autres" (ils ne sont pas tous vraiment "méchants", mais la plupart ne méritent définitivement pas le titre de "gentil"), il y a Tank le psychopathe pédophile, son acolyte Peter (pas très exploité mais moi ça me convient, un psychopathe à la fois s'il vous plait-merci), mais aussi le Surveillant (un personnage qui représente bien les opportunistes très communs à notre société) et Doc. Pour Doc, je suis plutôt conflictuelle. Il appartient ni aux méchants ni aux gentils, on pourrait juste dire que c'est un pauvre type qui n'a rien à faire là et qui subit.
J'ai trouvé que tous ces personnages apportaient une grande diversité au diptyque, qui jusque là s'est restreint à représenter des héros et des méchants qui contrôlent le reste du commun des mortels (à savoir la population de New Hope). Grâce à ça notamment, au fil de la lecture, on ressent plus d'émotions différentes que celles recherchées dans In The After, selon moi; et c'est un bon point.
Quant à Amy, si parfois l'héroïne en vient à m'agacer, là ça n'a pas été le cas. Ses réactions étaient plus ou moins réalistes (ce à quoi j'attache beaucoup d'importance) quoique très héroïques, et elle reste en fait la même que dans le premier tome. Par contre, je n'ai pas apprécié Baby comme j'ai pu le faire dans In The After, dommage car elle était sûrement destinée à être très attachante.
La fin était satisfaisante, probablement pour tous les goûts, sans s'étendre dessus pour ne pas spoiler.
Quoi qu'il en soit, je recommande beaucoup de diptyque passionnant centré sur la dystopie et l'action, avec un brin de "zombies".

Ma note : 5/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire